Yasmine et Sereen Khass – Les entrepreneuses palestiniennes durables

Septembre 29, 2022
Partager sur

Animées par le désir de soutenir les créateurs et artisans locaux, deux sœurs palestiniennes ont lancé Syko, une ligne de vêtements éco-responsable alliant écologie, impact social et soutien communautaire. Soutenu par le programme All Around Culture financé par l’UE, le duo s’efforce de sensibiliser les gens au mouvement « slow fashion » (mode lente), tout en promouvant un mode de consommation durable et accessible. 

Ballottées d’un pays à un autre durant toute leur enfance, Yasmine et Sereen Khass ont développé très tôt un besoin d’appartenance culturelle. Fascinées par la beauté des broderies et de l’artisanat palestiniens, elles ont achevé leur quête d’identité lorsqu’elles sont retournées dans leur ville natale, à Ramallah, en Palestine.

 

En quête d’identité : valoriser le patrimoine local de la Palestine 

« Le fait d’avoir été ballottées de pays en pays a développé en nous ce besoin de prendre soin de notre patrimoine et de le mettre en valeur. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous tenions absolument à soutenir les artistes, les créateurs et les artisans locaux », se souvient Yasmine avant d’ajouter : « Nous avions vraiment à cœur de faire connaître notre culture locale au peuple palestinien comme au reste du monde ».

Les deux artistes plasticiennes ont alors imaginé une marque de vêtements produits exclusivement à partir de matières premières palestiniennes qui pourrait soutenir les petites entreprises, les créateurs et les artisans locaux. Néanmoins, elles ont vite été stoppées dans leur élan une fois confrontées à la réalité des infrastructures palestiniennes.

« Nous avons réalisé que la mode durable était un concept assez étranger à la population de Cisjordanie et que les ressources étaient extrêmement limitées. Nous n’arrivions pas à dénicher les types de matières dont nous avions besoin pour concrétiser notre projet », se souvient Sereen.

Loin d’être découragées, les deux sœurs ont changé de cap et converti leur projet en une plate-forme dédiée aux créateurs de mode et aux industries désireuses de se lancer dans la mode durable. En 2018, elles ont officiellement créé Syko, qu’elles décrivent comme « une plate-forme palestinienne spécialisée qui amplifie la tendance de la mode durable ».

 

 

 

Syko : une immersion progressive dans la mode durable

Yasmine et Sereen Khass cherchent à attirer l’attention sur la question de la mode durable à travers des campagnes de sensibilisation à la mode zéro déchet, des ateliers et des débats.

« Nous sommes conscientes qu’il faut d’abord promouvoir ce sujet, car les préoccupations environnementales sont encore relayées au second plan compte tenu de la situation désastreuse qui règne ici », expliquent les deux sœurs, soulignant qu’une partie de la plate-forme Syko est réservée à des fins pédagogiques pour que les utilisateurs puissent apprendre à faire des choix éthiques en matière de mode.

Dans le cadre de leur participation aux Initiatives culturelles et civiques menées par les jeunes, organisées dans le cadre du programme financé par l’UE All-Around Culture, Yasmine et Sereen ont également réalisé une étude contextuelle complète afin d’évaluer le marché. Elles ont ainsi constaté qu’environ 30 % des consommateurs seraient prêts à soutenir une telle initiative. « Ce chiffre peut sembler décourageant mais, pour nous, cela signifie qu’il existe une grande marge de manœuvre pour créer quelque chose de nouveau et amorcer un changement dans les mentalités.

Nous croyons qu’il est nécessaire d’accélérer le mouvement de consommation consciente pour opérer une transition rapide vers un univers de la mode plus écologique et éthique », insistent-elles. « Mais pour y parvenir, nous devons montrer aux gens que cela peut être bénéfique pour eux aussi, y compris sur le plan financier. »

Le projet Syko vise à fournir une base solide aux entreprises qui utilisent des matières premières d’origine locale grâce au développement d’infrastructures adaptées et à un changement durable des mentalités parmi les consommateurs et les producteurs de vêtements en Palestine.

Pour y parvenir, les deux sœurs cherchent à nouer des partenariats innovants avec des institutions et des personnes travaillant dans les domaines de l’art, de la création et de l’artisanat. « Notre objectif sera toujours d’établir des liens solides contribuant à soutenir le marché local en collaborant avec de petites entreprises. »

Yasmine et Sereen travaillent actuellement sur une exposition unique consacrée à l’avenir de la mode en Palestine, qui donnera un encouragement supplémentaire aux créateurs de mode locaux désireux de rejoindre le mouvement. « La mode durable est la voie à suivre et nous voulons faire passer ce message aussi largement que possible et faire en sorte que ce mouvement se mette en marche ici en Palestine. »

« À travers les difficultés, vous apprenez beaucoup et vous vous adaptez aux circonstances », tel est l’enseignement que les sœurs Khass ont tiré de cette expérience. « Persistez et ne perdez jamais espoir, car il y a toujours une solution et un moyen de continuer à travailler pour réaliser vos rêves. »

 

All-Around Culture (AAC) est un programme collaboratif et interconnecté sur quatre ans dont le but est de promouvoir un écosystème culturel vibrant, en tant qu’environnement propice à l’inclusion sociale et économique des jeunes de sept pays de la région arabe. Le programme est cofinancé par l’UE dans le cadre du domaine « Partenariats internationaux » – Programme de soutien à la jeunesse et à la culture dans le voisinage méridional.


Les Initiatives culturelles et civiques menées par les jeunes sont l’une des cinq composantes du programme AAC et sont mises en œuvre par l’association tunisienne à but non lucratif l’Art Rue. Lancées en avril 2021, elles visent à améliorer l’accès à la culture et à amorcer un dialogue interculturel à travers le soutien à des projets artistiques collaboratifs et contextuels basés sur la communauté.

Pour ce faire, le projet encourage les initiatives culturelles et civiques menées par les jeunes par le biais de 32 subventions de recherche et de 24 subventions de production, ainsi que de laboratoires collaboratifs, de conseils personnalisés et d’opportunités de réseautage.

Lire en : Arabic English